Les maisons ouvrières

Les Maisons ouvrières

En 1895, cinquante ouvriers travaillaient sur l’ensemble des sites chaufourniers de Parné. Certains ouvriers furent logés, à partir de 1869, dans un lotissement de six maisons identiques adossées aux fours à chaux.

rue de la Vêquerie

Le principal site chaufrournier de Parné était celui de la rue de la Vêquerie, à la sortie du bourg vers Entrammes.
Certains ouvriers furent logés dans ce lotissement de six maisons identiques adossées aux fours à chaux. Leur construction succède à un agrandissement de l’équipement, avec la mise en place d’un four-falaise accolé au groupe occidental des fours. Elles remplacent un groupe de quatre maisons qui étaient sans doute déjà destinées aux ouvriers.

Ces maisons mitoyennes ne sont éclairées, faiblement, que du côté de la rue. Ce sont des constructions purement utilitaires, dont la sévérité de la façade est tout juste modérée par un décor de rosaces en terre cuite. Ce modeste luxe, parfaitement dans le goût de la seconde moitié du 19ème siècle, est emprunté au style décoratif bien représenté à Parné par les réalisations du maître maçon Charles Fripier. On peut supposer qu’il est l’auteur de ces habitations.
La construction en retrait de la route à l’Est (à droite) est la forge, elle aussi construite en 1869.