Un peu d'histoire

Proche du gué d’Entrammes sur la rivière Mayenne, traversé par une antique voie romaine, dite le chemin rennais qu’empruntèrent les légionss de César, le terroir de Parné fut mis en œuvre très tôt.
Dès l’époque gauloise, des fermes s’installèrent sur les coteaux de l’Ouette. A l’ouest du bourg actuel, une villa gallo-romaine fut sans doute la demeure de Patrinius (ou Paternus) qui donna son nom à Parné.

Au XI ème Siècle, les seigneurs de Parné donnèrent l’église à l’abbaye Saint- Nicolas d’Angers, avec une terre pour y fonder un bourg.

Progressivement au cours du Moyen Age, les itinéraires antiques se modifièrent. Parné prospéra grâce au passage d’une route importante, le chemin valais, chemin de Laval venant de Tours jusqu’ au Mont-Saint-Michel. Les pèlerins tourangeaux y faisaient donc escale avant de poursuivre leur chemin vers le Mont Saint Michel … sans avoir oublié de demander la protection de Saint-Christophe dont une représentation est toujours visible à l’entrée de l’église. Au XVème Parné comptait pas moins de cinq hôtelleries.

Après le Moyen Age, le tissage du lin devint l’activité dominante en Mayenne, dans les villes comme dans les bourgs. Les tisserands travaillaient à domicile et vendaient leur production à des négociants. Au XVIIIème siècle l’essentiel de la population de Parné vivait de la toile. Les maisons anciennes ont conservé la cave humide où l’on installait le métier à tisser, pour que le fil reste souple.

Les progrès de l’agriculture au XIXème siècle nécessitant des amendements plus abondants entrainèrent l’essor d’une industrie nouvelle, celle de la chaux. Situé sur un banc de calcaire carbonifère, Parné se dota à partir de 1818 de fours à chaux qui marquent fortement le paysage du bourg lorsqu’on l’aborde aujourd’hui par la route d’Entrammes.

Publications

Commission WEB - mercredi 30 août 2017