Le patrimoine

Une association a été créée en 2018 pour découvrir et valoriser le patrimoine de notre commune.

Pour découvrir l'association :
http://www.parne-sur-roc.fr/association/APP

L'église

Elle apparait pour la 1ère fois dans les textes en 1030. De cette époque date la nef romane avec de très petites fenêtres. (Il en reste une de chaque coté)
Le clocher-porche a été ajouté devant la façade au XIIème siècle. La tour qui comporte des fenêtres allongées, est couronnée par un clocher pyramidal, le seul clocher de pierre roman conservé en Mayenne.
Le transept date du XVème siècle avec 2 sculptures pittoresques représentant des animaux au bas des rampants du pignon.
A l’intérieur, des peintures murales du XVI-XVIIème siècle sont visibles ainsi qu’une chaire polychrome (XVIIème siècle) et une belle Descente de Croix de P Biardeau (1668)
Le chœur et les absidioles datent de 1895.

La chapelle

Ancien lieu de pèlerinage, lieu cultuel éloigné du bourg, la chapelle dédiée à Notre Dame de Pitié, restaurée en 1843 est reconstruite en 1872 avec son monument funéraire dédié à Mr Ricosset. Elle est située sur le point culminant du village. Lors de sa restauration en 2008, il y a été découvert un titre daté du 30 Mars 1882 autorisant la célébration des rogations le jour de la fête de St Marc.

La mairie

Cette bâtisse carrée résulte de l’adjonction progressive de plusieurs constructions restées distinctes au niveau des toitures. La partie la plus ancienne remonte au Moyen Age. Elle est soutenue par des contreforts du coté de la pente et conserve un arc soigneusement appareillé.

La maison médiévale

Au lendemain de la Guerre de Cent Ans, le renouveau des affaires favorise la multiplication d’un type de maison dont celle-ci est un bon exemple: Corps de bâtiment à étage est desservi par une tour d’escalier au centre de la façade et possède un toit à pente prononcée.

L’accolade très pointue surmontant une porte bouchée, est caractéristique du goût de cette époque (XVème Siècle). Par contre la pierre insérée dans le mur est plus récente (XVIIème siècle).Les initiales « M.C. » doivent être celles d’un propriétaire. Elles surmontent un cœur saignant, qui est un emblème religieux.

La maison à deux tourelles

La façade est originale par les deux tourelles qui l’accostent. C’étaient à l’origine, les tours d’escalier de deux maisons contiguës. La plus ancienne, à droite, fut détruite après la réunion en un seul logis, sans doute vers 1780. L’ensemble consacré au tissage avant la Révolution, devint ensuite une auberge.

La maison de la Croix blanche

Le bâtiment qui borde l’ancien chemin valais date du XVème siècle. Il est caractéristique des maisons de la fin du Moyen-Age avec son étage à colombages de bois, dépassant sur la rue.
On lui ajouta au XVIème siècle, un corps perpendiculaire du coté du jardin et une tourelle d’escalier.

Au XlIème siècle, la Croix Blanche était une hôtellerie. Puis elle fut habitée par des tisserands de 1740 à 1860 environ. Le tissage se faisait dans une demi-cave humide, dont on voit l’entrée sur le pignon.

La maison Frippier

Construite en 1868, cette remarquable construction est l’exemple le plus achevé d’un style qui a fleuri à Parné et dont on voit une autre réalisation en descendant la rue aux Chèvres. L’industrie mayennaise de la poterie héritée du Moyen Age fournissait encore des matériaux de construction au XIXème siècle. Les principaux ateliers étaient près de Laval (Thévalles, Saint Pierre le Potier) et surtout aux Agets à Saint Brice dans le sud ouest du département.

La maison Faucheux

Construite en 1878 cette maison montre la fantaisie décorative que permet l’usage de la terre cuite. Comme dans la maison Frippier, des consoles soutiennent l’appui de fenêtre. Mais ici le tuffeau s’allie à la brique dans le couronnement des ouvertures.

Les fours à chaux

Cet ensemble en activité de 1818 à 1936 est composé à chacune de ses extrémités de deux fours tourelle, percés à la base de trois embrasures pour le défournement. La chaux destinée à l’amendement des sols, était obtenue par cuisson du calcaire carbonifère exploité dans la carrière voisine. On chargeait les fours par le sommet (gueulard) en alternant couches de pierre et de charbon, sans cesse renouvelées. Une machine à vapeur, installée sur la plate forme en 1893 facilitait la traction des wagonnets.

Les maisons ouvrières

En 1895, cinquante ouvriers s’activaient sur l’ensemble des sites chaufourniers de Parné. Certains furent logés à partir de 1871-1872, dans cette série de six maisons, adossées au four à chaux. La sévérité de la façade est modérée par un décor de rosaces en terre cuite que l’on retrouve sur d’autres constructions de la même époque.

Le vieux pont

Construit à l’époque médiévale, ce pont est sur le tracé de la principale route ancienne traversant Parné.
Au XVIIème siècle le carrosse de Mme de Sévigné l’emprunta à six reprises.

Les roquets

Publications

Commission WEB - lundi 16 janvier 2017